nihon-token.com Etude du sabre japonais
Accueil Généralités Articles Outils Achat-vente Publications Divers

Nomenclatures et grammaire des styles

-4-

Les lignes de trempe


C’est sans doute dans le hamon et les différentes activités cristallines de martensite qui s’y trouvent que l’on peut discerner le plus clairement la « patte » de l’artisan. C’est dans la trempe qu’apparaissent les caractéristiques les plus personnelles du forgeron. Au cours des siècles, les taxinomistes du sabre ont inventé de nombreuses appellations – aux termes parfois très évocateurs – pour nommer ces motifs de trempe.

Tous ces dessins ne sauraient constituer un catalogue dans lequel le forgeron choisirait librement son modèle : l’ouvrier artisan reproduit servilement le motif de trempe appris ; le maître artisan est également un créateur cherchant à découvrir les techniques qui permettent la création de nouveaux motifs. Il s’ensuit, pour un type de hamon donné, une très grande variété d’interprétations individuelles. À consulter la littérature, les auteurs semblent parfois bien en peine de mettre un nom sur telle ou telle trempe et, d’un auteur à l’autre, il demeure parfois de grandes différences dans la description des motifs.

Devant la profusion des types de trempe, un classement s’impose. Celui-ci peut s’organiser de différentes manières en fonction des critères. D’un point de vue stylistique, les hamon peuvent être classés dans deux familles principales : les lignes droites (suguha 直刃) – dont il existe plusieurs variantes en fonction de la largeur du yakiba – et les motifs irréguliers (midareba 乱れ刃). En se basant sur la forme générale du tracé extérieur, les midareba peuvent à leur tour être divisés en trois principales catégories : les gunome 互の目 (ou 五の目) – dont le tracé reproduit de petites ondulations –, les notare 湾れ, qui ressemblent à des vagues, et les chôji 丁子, les « clous de giroflier ». Celles-ci sont également déclinées en sous-catégories. En outre, bien que rangeables dans la famille des midare, certaines trempes sont constituées d’une succession d’un même motif décoratif – et que nous appellerons les motifs répétés – et sont, pour nombre d’entre elles, des inventions de la période shintô.


Quelques mots clés ; certains des termes ci-dessous sont accolés aux noms des trempes afin d’en affiner la définition :

hiro

large

ko

petit / faible

hoso

étroit

chû

moyen / intermédiaire

saka

inversé / incliné

ô

grand / important

ha / ba

lame / tranchant ; dans le domaine du sabre, il est synonyme de yakiba et est utilisé comme suffixe pour désigner une trempe

midare

乱れ

irrégularité


La plupart des illustrations qui suivent sont tirées d'un manuel d’expertise[1] du xixe siècle et présentent le hamon sur deux lames, l’une en shinogi-zukuri, l’autre en hira-zukuri. Leur description est suivie par une liste non exhaustive des forgerons majeurs – ou des écoles –, classés par période et par provinces, ayant pratiqué le motif de trempe en question. Il est à noter qu’un nom d’artisan représente une lignée plutôt qu’un individu, surtout à l’époque kotô.

[1] Shôchû kotô meikan 掌中古刀銘鑑, 1856.
Les lignes de trempe
Les trempes droites et leurs variantes
Les trempes irrégulières : midareba
Les trempes irrégulières : variétés de gunome
Les trempes irrégulières : les notare et leurs variantes
Les trempes irrégulières : les chôji
Les trempes irrégulières : les motifs répétés
Nouvelles trempes de la période shintô
Les bôshi

Les trempes droites et leurs variantes

suguha 直刃 ou sugu-yaki 直焼

« Trempe droite » parallèle au tranchant. C’est le type le plus ancien : les pièces archéologiques ainsi que les lames préservées au Shôsô’in sont trempées en suguha. En nioi deki : dans la tradition Bizen, les lames dans le style Yamashiro, et dans le Mino-den de la période kotô. <Kotô> Bizen : nidai Nagamitsu 二代長光, Kagemitsu 景光, Sanenaga 真長, Kagemasa 景政, Chikakage 近景, Morimitsu 盛光, Yasumitsu 康光, Norimitsu 則光, Tadamitsu 忠光, Sukesada 祐定, Unrui 雲類. Bitchû : Aoe Tsugunao 青江次直, Tsuguyoshi 次吉, Moritsugu 守次. Yamato : Sue-Tegai 末手搔. Mino : Kanesada 兼定, Kaneyoshi 兼吉, Kanetsune 兼常. Bingo : Sue-Mihara 末三原. Suô : Sue-Niô 末二王. Kaga : Kiyomitsu 清光. En nie deki : <Kotô> Yamashiro : Awataguchi Kuniyoshi 粟田口国吉, Yoshimitsu 吉光, Rai Kunitoshi 来国俊, Rai Kunimitsu 来国光, Mitsukane 光包, Kunisane 国真, Kuninaga 国長, Ryôkai 了戒. Sôshû : Kunimitsu 国光, Kunihiro 国広, Yukimitsu 行光, Masamune 正宗. Yamato : Tegai Kanesane 手搔包真, Hôshô 保昌, Senjuin 千手院, Taema 当麻, Shikkake 尻懸. Etchû : Uda 宇多. Bitchû : Yoshitsugu 吉次, Tsunetsugu 恒次, Suketsugu 助次. Bingo : Ko-Mihara 古三原, Masahiro 正広, Kai Mihara 貝三原. Suô : Niô 二王. Chikugo : Miike 三池. Higo : Enju Kunimura 延寿国村, Kunitoki 国時, Kuniyasu 国泰, Kunisuke 国資. Satsuma : Naminohira 波平. Inshû : Kagenaga 景長. Suruga : Shimada 島田. <Shintô> Yamashiro : Myôju 明寿, Kunihiro 国広, Hiroyuki 弘幸. Settsu : Shinkai 真改, Sukehiro 助広. Echizen : Kunikiyo 国清. Mutsu : Kunikane 国包. Kii : Shigekuni 重国. Hizen : école de Tadayoshi 忠吉一門. Satsuma : Ippei Yasuyo 一平安代. Musashi : Yasutsugu 康継, Ogasawara Nagamune 小笠原長旨. Satsuma : Naminohira Yasuchika 波平安周, Yasukuni 安国. <Shinshintô> Settsu : Gassan Sadakazu 月山貞一. Iwashiro : Aizu Kanesada 会津兼定. Musashi : Masahide 正秀, Naotsuna 直綱, Kiyondo 清人, Sa Yukihide 左行秀. Hitachi : Katsumura Tokukatsu 勝村徳勝, Naoe Sukemasa 直江助政.

En fonction de la largeur du yakiba, c’est-à-dire de l’espacement entre le hamon et le tranchant, on distingue le hoso-suguha 細直刃, le chû-suguha 中直刃 et le hiro suguha 広直刃. L’ito-suguha 糸 直刃 est un suguha dont le habuchi est extrêmement fin (Sôshû Kunimitsu 相州国光 et Mino Kaneyoshi 美濃兼吉). Les suguha sont rarement tracés d’un trait pur et comportent généralement de petites variations et activités qui en modifient l’appellation : suguha-hotsure 直刃ほつれ, suguha ni ashi-iri 直刃に足入り, suguha ni midare majiri 直刃に乱れまじり, etc. C’est par ailleurs le type de trempe le plus répandu.

suguha
fig. 01 Suguha.

chû-suguha 中直刃

<Kotô> Yamashiro : Rai Kunitoshi 来国俊, Rai Kunimitsu 来国光, Rai Mitsukane 来光包, Nobukuni 信国. Bizen : Nagamitsu 長光, Kagemitsu 景光, Chikakage 近景, Kanemitsu 兼光,Motoshige 元重, Unshô 雲生, Unji 雲次, Ôei Bizen 応永備前. Bingo : Mihara 三原. Suô : Niô 二王. Dewa : Gassan 月山. Higo : Enju Kunitoki 延寿国時. <Shintô> Settsu : Sukehiro 助広, Sukenao 助直, Shinkai 真改, Terukane 照包. Echizen : Kunikiyo 国清. Mutsu : Kunikane 国包. Hizen : école de Tadayoshi 忠吉. Satsuma : Masakiyo 正清. <Shinshintô> Musashi : Masahide 正秀, Sa Yukihide 左行秀, Masashige 正繁. Satsuma : Motohira元平.

suguha moyen
fig. 02 Chû-suguha.

hiro suguha 広直刃

<Kotô> Yamashiro : Kuniyoshi 国吉, Rai Kunimitsu 来国光, Rai Kunitsugu 来国次, Rai Mitsukane 来光包. Bizen : Motoshige 元重, Sukesada 祐定, Kiyomitsu 清光, Katsumitsu 勝光, Tadamitsu 忠光. Wakasa : Fuyuhiro 冬広. Bungo : groupe Takada 高田. <Shintô> Musashi : Kotetsu 虎徹, Kaneshige 兼重, Masahiro 正弘, Yasutsugu 康継, Sadakuni 貞国, Yoshitsugu 吉次.

suguha large
fig. 03 Hiro-suguha.

sugu ni ko-chôji 直に小丁子

Ou suguha ni chôji ashi 直刃に丁子足 : trempe droite dans laquelle apparaissent de petits motifs de chôji. <Kotô> Yamashiro : Rai Kuniyuki 来国行, Rai Kunitoshi 来国俊, Rai Kunimitsu 来国光, Rai Kunitsugu 来国次, Rai Mitsukane 来光包. <Shinshintô> Musashi : Naotsuna 直綱, Naokatsu 直勝, Masayoshi 正義, Masatsugu 正次. Settsu : Gassan Sadakazu 月山貞一.

suguha comportant du ko-chôji
fig. 04 Sugu ni ko-chôji.

sugu ni saka ashi 直に坂足

Trempe droite avec des jambages inclinés (ou avec du saka midare). <Kotô> Yamashiro : Rai Kunitoshi 来国俊, Rai Kunimitsu 来国光. Bizen : Kagemitsu 景光, Sanenaga 真長, Chikakage 近景, Motoshige 元重, Yasumitsu 康光, Unji 雲次. Bitchû : Naotsugu 直次, Tsugunao 次直, Tsuguyoshi 次吉, Yoshitsugu 吉次, Moritsugu 守次. Bingo : Mihara Masaie 三原正家. Higo : Kunisuke 国資.

suguha avec des ashi inclinés
fig. 05 Sugu ni saka ashi.

suguha ni ko-midareba 直刃に小乱刃

Trempe droite avec de petites irrégularités (en nie-deki). <Kotô> Yamashiro : Hisakuni 久国, Arikuni 有国, Rai Kuniyuki 来国行, Rai Kunitoshi 来国俊. Bizen : 友成. Bitchû : Masatsune 正恒, Moritsugu 守次, Sadatsugu 貞次, Tsunetsugu 恒次. Hakushû : Yasutsuna 安綱. Bungo : Yukihira 行平. <Shintô> Hizen : Tadayoshi 忠吉 (1ère génération).

suguha avec de petites irrégularités
fig. 06 Suguha ni ko-midareba.

nezumi ashi 鼠足

« Pattes de souris » trempe droite avec de petites indentations. <Kotô> Yamashiro : Rai Kunimitsu 来国光, Ryôkai 了戒. Bizen : Kagemitsu 景光, Sanenaga 真長, Chikakage 近景, Motoshige 元重, Yasumitsu 康光, Unrui 雲類. Bitchû : Aoe 青江. Akasaka Senjuin 赤坂千手院. Sôshû : Hiromasa 広正. Higo : école Enju 延寿派. Suô : école Niô 二王派. Bingo : école Mihara 三原.

nezumi ashi
fig. 07 Nezumi ashi.

Les trempes irrégulières : midareba

midareba 乱刃

Pour certains auteurs, le terme midare ne désigne pas en soi le nom d’un motif, mais est utilisé soit comme suffixe pour préciser que tel ou tel dessin comporte des irrégularités, soit comme nom de catégorie stylistique.

trempe irrégulière
fig. 08 Midareba.

ko-midareba 小乱刃

Trempe avec de petites irrégularités.

<Kotô> Yamashiro : Munechika 宗近, Kanenaga 兼永, Kuninaga 国永, Sadatoshi 定利, Hisakuni 久国, Kunikiyo 国清, Kuniyasu 国安, Rai Kuniyuki 来国行. Yamato : Senjuin 千手院, Nobuyoshi 延吉. Mutsu : Hôju 宝寿. Kaga : Fujishima 藤島. Hakushû : Yasutsuna 安綱, Sanemori 真守, Aritsuna 有綱. Bizen : Ko-Bizen 古備前, Ko-Ichimonji 古一文字. Bitchû : Moritsugu 守次, Sadatsugu 貞次, Suketsugu 助次, Yasutsugu 康次, Tsunetsugu 恒次. Bungo : Yukihira 行平, Taira Takada 平高田. <Shintô> Yamashiro : Myôju 明寿, Kunihiro 国広. <Shinshintô> Musashi : Masahide 正秀, Naotsuna 直綱.

ko-midareba
fig. 09 Ko-midareba.

ô-midareba 大乱刃 ou ô-midare 大龜文

<Kotô> Mino : Shizu 志津. Bizen : Chôgi 長義, Kanenaga 兼長, Yoshikage 義景, Morikage 盛景. Chikuzen : Sa 左. <Shintô> Musashi : Hankei 繁慶. Bitchû : Kunishige 国重. Echizen : Yasutsugu 康継. Kii : Shigekuni 重国. Hizen : Munetsugu 宗次, Masahiro 正広, Yukihiro 行広, Yoshinobu 吉信. <Shinshintô> Musashi : Masahide 正秀, Masatsugu 正次, Naotsuna 直綱, Masayoshi 正義. Settsu : Gassan Sadakazu 月山貞一.

ô-midareba
fig. 10 Ô-midareba.

saka midare 坂乱 ou saka midare 逆龜文

<Kotô> Bizen : Yoshioka Ichimonji 吉岡一文字, Motoshige 元重, Mitsutada 光忠, Kanemitsu 兼光. Bitchû : Katayama Ichimonji 片山一文字, Naotsugu 直次, Tsugunao 次直, Tsuguyoshi 次吉, Yoshitsugu 吉次, Moritsugu 守次.

saka midare
fig. 12 Saka midare.

hitatsura 皆焼

« Trempe complète ». A partir de la période des Nanbokuchô.

<Kotô> Yamashiro : Hasebe Kunishige 長谷部国重, Kuninobu 国信, Kunihira 国平, Nobukuni 信国, Yoshitsugu 吉次. Sôshû : Hiromitsu 広光, Akihiro 秋広, Tsunahiro 綱広, Hiromasa 広正, Sue-Sôshû 末相州. Musashi : Shimohara 下原. Suruga : Shimada Yoshisuke 島田義助, Hirosuke 広助, Sukemune 助宗. Mino : Kanemoto 兼元, Kanefusa 兼房, Kanetsune 兼常, Kanenobu 兼延, Kanekado 兼門. Ise : Sengo Muramasa 千子村正. Etchû : Uda Kunimune 宇多国宗, Kunitsugu 国次. Bizen : Chôgi 長義, Kanenaga 兼長, Sukesada 祐定, Kiyomitsu 清光, Katsumitsu 勝光. Bingo : Tomo Sadatsugu 鞆貞次, Shigemitsu 重光,Hokke 法華. Bungo : Taira Nagamori 平長盛. <Shintô> Yamashiro : Masatoshi 正俊. Sôshû : Tsunahiro 綱広. Echizen : Yasutsugu 康継, Masanori 正則. Kaga : Kanewaka 兼若. Bitchû : Kunishige 国重. Hizen : Tadayoshi 忠吉 (1e génération). <Shinshintô> Musashi : Naotsuna 直綱, Masayoshi 正義, Masahide 正秀, Nobuhide 信秀. Satsuma : Motohira 元平.

hitatsura
fig. 13 Hitatsura.

Les trempes irrégulières : variétés de gunome

La catégorie des gunome est celle qui comporte le plus de variations (fig. 14). La définition du gunome dans sa forme la plus simplifiée n’a pas encore était unifiée et selon les ouvrages ont trouve concurremment les représentations 1 et 2 à la définition de « gunome ». Dans le premier cas, le gunome est un motif ressemblant à une tôle ondulée – avec des hauts (kashira 頭, « tête ») et des creux (tani 谷, « vallée ») – et dans le second c’est une succession de « m » ou, comme il est souvent décrit, de pois alignés les uns à côté des autres. Il est souvent appelé gunome midare 五の目乱れ.

gunome chôjiba 五の目丁子刃

Ou gunome majiru chôji 互の目交じる丁子 (fig. 14 n°3) : c’est du gunome midare qui s’approche du chôji midare, c’est-à-dire que les kashira sont arrondis et se détachent de leur base. A l’époque de Muromachi, entre autres Osafune, Kyô Nobukuni, Sue Sôshû et Fujishima. A l’époque shintô, entre autres Ishidô, Izumi no kami Kunisada, Kawachi no kami Kunisuke et à l’époque shinshintô il y a entre autres l’école Suishinshi, qui pratiquent cette trempe avec habileté. <Kotô> Mino : Kanesada 兼定, Kanefusa兼房, Sue-Seki 末関. Bizen : Morimitsu 盛光, Yasumitsu 康光, Katsumitsu 勝光, Munemitsu 宗光, Sukesada 祐定. Iwami : Naotsuna 直綱. Kaga : Fujishima Tomoshige 藤島友重. <Shintô> Yamashiro : Mishina 三品. Echizen : Kanenori 兼法. Iwashiro : Kanesada 兼定. Settsu : Kunisada 国貞, Shinkai 真改. <Shinshintô> Aizu : Kanesada 兼定. Musashi : Naotsuna 直綱, Masayoshi 正義.

gunome
fig. 14 Les 4 ypes de gunome.

gunome togari 五の目尖り

Ou togari gunome 尖り五の目 (fig. 14 n°4) : le tracé est plus nerveux et les kashira du gunome irrégulier sont pointus. Ce type est fréquent sur les lames de Seki 関 du Mino. Le sanbon-sugi 三本杉 de Kanemoto en est une variante. <Kotô> Yamato : Shikkake 尻懸, Sue-Tegai 末手搔, Yamato Shizu 大和志津. Mino : Kanesada 兼定, Kanenobu 兼延, Shion 志津, Kinjû 金重, Sue-Seki 末関. Bizen : Yoshii 吉井. Kaga : Fujishima 藤島. <Shintô> : Echizen : Kanenori 兼則, Kanemasa 兼正. Kaga : Darani 陀羅尼. <Shinshintô> Aizu : Kanesada 兼定. Musashi : Naotsuna 直綱, Kiyomaro 清麿. Satsuma : Masayuki 正幸, Motohira 元平.


ô-gunome 大五の目

<Kotô> Mino : Kaneuji 兼氏, Kanesada 兼定, et les lames du Mino. <Shintô> Yamashiro : Kunimichi 国路, Yoshimichi 吉道, Masatoshi 正俊. Musashi : Yasusada 安定, Kaneshige 兼重. Settsu : Shinkai 真改. <Shinshintô> Musashi : école Suishinshi 水心子. Settsu : Suketaka 助隆. Satsuma : Motohira 元平, Masayuki 正幸.

ô-gunome
fig. 15 Ô-gunome.

nokogiri-ba 鋸刃

Trempe à dents de « scie », appelée aussi kataochi-gunome 片落ち五の目 (« gunome tombant d’un côté ») ou 肩落ち五の目 (« gunome à épaule tombante »).

<Kotô> Bizen : Kagemitsu 景光, Chikakage 近景, Kanemitsu 兼光, Motoshige 元重, Kozori 小反り, Masamitsu 政光, Iemori 家守, Nariie 成家, Tomomitsu 倫光, Yoshimitsu 義光. <Shinshintô> Musashi : Masahide 正秀, Naotane 直胤, Naokatsu 直勝, Munetsugu 宗次, Sôkan 宗寛.

nokogiri-ba
fig. 17 Nokogiri-ba.

Les trempes irrégulières : les notare et leurs variantes

notare 湾 ou notareba 彎れ刃 / 湾れ刃

Le forgeron Ômura Kaboku 大村加ト (Kentô hihô 剣刀秘宝, 1684) explique que ce motif représente la houle du large par temps calme. En fonction de la forme de ces vagues (fréquence, amplitude) on distingue, entre autres, les appellations suivantes : ô-notare 大湾れ, chû-notare 中湾れ, ko-notare 小湾れ, notare-midare 湾れ乱れ, kurui-notare 狂い湾れ, tobiba-notare 飛刃湾れ.

<Kotô> Yamashiro : Rai Kunimitsu 来国光, Nobukuni 信国, Rai Tomokuni 来倫国, Heianjô Nagayoshi 平安城長吉. Yamato : Kanenaga 兼永, Nobuyoshi 延吉, Sue-Tegai 末手搔. Sôshû : Yukimitsu 行光, Masamune 正宗, Sadamune 貞宗. Etchû :Norishige 則重, Yoshihiro 義弘. Bizen : Chôgi 長義, Kanemitsu 兼光, Motoshige 元重, Yoshikage 義景, Morikage 盛景, Kozori 小反り. Chikuzen : Samoji 左文字. Chikugo : Miike 三池. Higo : Enju 延寿. Ise Muramasa 伊勢村正. L’école Shimada 島田 du Suruga ; Kaneuji 兼氏, Kinjû 金重 et les Sue-seki 末関 du Mino. <Shintô> Yamashiro : Myôju 明寿, Kunihiro 国広. Settsu : Shinkai 真改, Kawachi no kami Kunisuke 河内守国助, Tsuda Sukehiro 津田助広, Ikkanshi Tadatsuna 一竿子忠綱. Owari : Masatsune 政常. Musashi : Kotetsu 虎徹, Okimasa 興正, Okihisa 興久, Kaneshige 兼重, Yasusada 安定. Mutsu : Yasutomo 安倫. Hizen : Tadayoshi 忠吉, Masahiro 正広. Satsuma : Masakiyo 正清, Yasuyo 安代. Echizen Yasutsugu 越前康継, ainsi que les écoles Owari Zeki 尾張関 et Echizen Zeki 越前関. <Shinshintô> Musashi : Sa Yukihide 左行秀, Suishinshi Masahide 水心子正秀. Hitachi : Naoe Sukemasa 直江助政, Ichige Tokurin 市毛徳鄰. Hizen : Tadayoshi 忠吉 (générations postérieures). Satsuma : Motohira 元平, Masayuki 正幸.

3 types de notare
fig. 18 De gauche à droite : ô-notare, chû-notare, ko-notare.

ô-notare 大湾

<Kotô> Yamashiro : Rai Kunitsugu 来国次, Nobukuni 信国, Nagayoshi 長吉. Sagami : Masamune 正宗, Sadamune 貞宗. Ise : Muramasa 村正. Bizen : Kanemitsu 兼光, Chôgi 長義, Kanenaga 兼長, Tomomitsu 倫光, Sukesada 祐定. Kaga : Kiyomitsu 清光. Mino : Kanesada 兼定, Kanekuni 兼国. <Shintô> Yamashiro : Myôju 明寿, école de Kunihiro 国広. Settsu : Sukehiro 助広.Echizen : Yasutsugu 康継, Sadakuni 貞国. Owari : Masatsune 政常, Nobutaka 信高, Ujifusa 氏房. Mino : Daidô 大道. Aki : Teruhiro 輝広. Hizen : école de Tadayoshi 忠吉.

ô-notare
fig. 19 Ô-notare.

Les trempes irrégulières : les chôji

Les kashira du midare ressemblent à un bourgeon de giroflier ; ils sont divisés en 2 ou 3 par des ashi. La trempe en chôji a été mise au point par les forgerons du Bizen et certains considèrent le chôji des écoles Ichimonji comme la fine fleur des nihontô. En fonction de la taille des midare, on distingue le ko-chôjiba et le ô-chôjiba. Selon la forme des midare, on distingue entre autres les variétés suivantes : saka chôjiba 逆丁子刃, jûka chôjiba 重花丁子刃, kawazuko chôjiba 蛙子丁子刃, kobushi gata chôjiba 拳形丁子刃, warabi chôjiba 蕨丁子刃, chabana chôjiba 茶花丁子刃, gunome chôjiba 五の目丁子刃, ashi-naga chôjiba 足長丁子刃, etc.


ko-chôjiba 小丁子刃

<Kotô> Bizen : Nobufusa 延房, Norimune 則宗, Sukemune 助宗, Nagamitsu 長光, Sanenaga 真長, Kagemitsu 景光. Yamashiro : Awataguchi Kuniyasu 粟田口国安, Kunitsuna 国綱.

ko-chôjiba
fig. 21 Ko-chôjiba.

ô-chôjiba 大丁子刃 

Les motifs de chôji sont de grande taille. Les écoles Ichimonji, et en particulier Fukuoka Ichimonji, avec Sukezane 助真 au milieu de l’époque de Kamakura.

<Kotô> Yamashiro : Rai Kuniyuki 来国行, Rai Kunitoshi 来国俊, Awataguchi Kunitsuna 粟田口国綱. Bitchû : l’école Katayama Ichimonji 片山一文字. Bizen : Osafune Mitsutada 光忠, Nagamitsu 長光, Yasumitsu 康光, Morimitsu 盛光, Hatakeda Moriie 畠田守家. <Shintô> outre les forgerons des lignées Ishidô ; Settsu : Nagayuki 長幸, Tadatsuna 忠綱. Bizen : Sukesada 祐定. <Shinshintô> Musashi : Naotsuna 直綱, Bizen no suke Munetsugu 備前介宗次, Tsunatoshi 綱俊.

ô-chôjiba
fig. 22 Ô-chôjiba.

jûkaba 重花刃

Variante du chôji midare des lames du Bizen à gros motifs fortement irréguliers qui ressemble à des « pétales superposés » de cerisiers. De tous les types de hamon, c’est le plus flamboyant, en particulier lorsqu’il était traité par l’école Fukuoka Ichimonji.

L’ôbusa chôji 大房丁子 et le kawazu-no-ko chôji 蛙子丁子 font partie de cette même catégorie.

<Kotô> Yamashiro : Rai Kuniyuki 来国行, Niji Kunitoshi 二字国俊. Bizen : Yoshifusa 吉房, Sukezane 助真, Yoshihira 吉平, Norifusa 則房, Sukefusa 助房, Mitsutada 光忠, Nagamitsu 長光, Moriie 守家, Kunimune 国宗. <Shintô> Musashi : Mitsuhira 光平, Tsunemitsu 常光, Korekazu 是一. Settsu : école Ishidô 石堂. Inaba : Shinano daijô Tadakuni 信濃大掾忠国. Hizen : Tadayoshi 忠吉 (2e et 3e générations), Yukihiro 行広, Tadakuni 忠国. <Shinshintô> Musashi : Naotsuna 直綱.

jûkaba
fig. 26 Deux variantes de jûkaba.

Les trempes irrégulières : les motifs répétés

mimigata no midare 耳形の乱

Irrégulier à « forme d’oreille ».

<Kotô> Yamashiro : Ôei Nobukuni 応永信国. Bizen : Chôgi 長義. <Shintô> Musashi : Yasutsugu 康継.

mimigata
fig. 27 Mimigata no midare.

hyôtan midare 飄覃乱

Ou hyôtan chôjiba 瓢箪丁子刃 : trempe irrégulière dans laquelle apparaissent des paires de kashira qui forment un motif de calebasse. Sur les lames de Hatakeda Moriie 畠田守家 du Bizen.

hyôtan
fig. 28 Hyôtan midare.

yahazu midare 矢筈乱

Irrégulier à motifs d’encoches de flèches (fente pratiquée au talon de la flèche).

<Kotô> Yamashiro : Ôei Nobukuni 応永信国, Nagayoshi 長吉, Hasebe 長谷部. Kaga : Fujishima Tomoshige 藤島友重. Sôshû : Sue-Sôshû 末相州. <Shintô> Yamashiro : Tôyama Yoshihira 東山美平. Kaga : Kanewaka 兼若. Settsu : Terukane 照包. Hizen : Tadayoshi 忠吉 (1e et 3e générations). <Shinshintô> Harima : Masashige 正繁.

yahazu
fig. 29 Yahazu midare.

fundôba 分銅刃 

Des motifs ressemblant à des poids à balance apparaissent dans la trempe. Caractéristique de l’école Hasebe 長谷部.

fundô-ba
fig. 30 Fundô-ba.

umanoha-ba 馬の歯刃

Trempe en « dents de cheval ».

<Kotô> Yamashiro : Hasebe 長谷部. Sôshû : Masamune 正宗, Hiromitsu 広光, Akihiro 秋広. <Shintô> Yamashiro : Kunihiro 国広, Kunimichi 国路. Musashi : Hankei 繁慶, Okimasa 興正. <Shinshintô> Musashi : Kiyomaro 清麿, Kiyondo 清人, Masao 正雄, Munetsugu 宗次. Satsuma : Motohira 元平.

umanoha-ba
fig. 31 Umanoha-ba.

Nouvelles trempes de la période shintô

À l’époque shintô, le sabre devenant un bien de « consommation bourgeoise » répondant à des critères de « marketing », les forgerons (surtout ceux d’Ôsaka) inventèrent des motifs inédits et très décoratifs pour séduire cette nouvelle clientèle. Voici quelques illustrations de hamon du Shintô bengi 新刀弁疑, 1779 ; sous le nom de chaque type de trempe, Kamada Gyomyô 鎌田魚妙 a ajouté le nom des forgerons ou des écoles qui la pratiquaient.


tôran midare 濤瀾龜文

Ou tôranba 涛乱刃 : motif de trempe qui évoque les vagues d’une mer déchaînée. Mis au point à Ôsaka par Tsuda Echizen no kami Sukehiro 津田越前守助広 et reproduit par ses élèves Ômi no kami Sukenao 近江守助直 et Sakakura Terukane 坂倉照包, ce motif est également utilisé, à l’époque shinshintô, par Suishinshi Masahide 水心子正秀, Tegarayama Masashige 手柄山政繁 et Ozaki Suketaka 尾崎助隆.

<Shintô> Settsu : Sukehiro 助広, Sukenao 助直, Kanesada 包貞, Sakakura Terukane 坂倉照包, Ikkanshi Tadatsuna 一竿子忠綱. Yamato : Kijû 紀充. <Shinshintô> Settsu : Ozaki Suketaka 尾崎助隆, Masataka 正隆. Musashi : Masahide 正秀, Naotsuna 直綱, Tsunahide 綱英, Tsunatoshi 綱俊. Harima : Masashige 正繁. Hitachi : Naoe Sukemasa 直江助政, Ichige Tokurin 市毛徳鄰.

tôran midare
fig. 32 Tôran midare.

kikusuiba 菊水刃

Ce motif très décoratif représente des fleurs de chrysanthèmes sur l’eau. Sur les lames des différentes générations Tanba no kami Yoshimichi 丹波守吉道 et Yamato no kami Yoshimichi 大和守吉道 d’Ôsaka, sauf la première de ces deux lignées.

<Shintô> Yamashiro : Kinmichi 金道, kôdai Yoshimichi 後代吉道. Settsu : kôdai Kunisuke 後代国助, kôdai Yoshimichi 後代吉道. <Shinshintô> Inaba : Toshinori 寿格, Toshizane 寿実.

kikusui-ba
fig. 33 Kikusuiba.

sudareba 簾刃

Trempe droite et large dont le motif composé de nombreux sunagashi évoquent un store de bambou (sudare).

<Shintô> Settsu : Yamato no kami Yoshimichi 大和守吉道. Yamashiro : Tanba no kami Yoshimichi 丹波守吉道.

sudareba
fig. 34 Sudareba.

yoshino-gawa 芳野川

Actuellement on préfère la graphie 吉野川. Le hamon en sudareba est décoré par endroits de pétales de fleurs de cerisiers est assimilé la rivière Yoshino du Yamato (fig. 34). C’est la 2e génération Tanba no kami Yoshimichi et Yamato no kami Yoshimichi d’Ôsaka qui ont créé ce motif. 


juzuba 数珠刃

Dans la famille des gunome, le juzuba se caractérise par des demi-cercles bien arrondis faisant penser à un rosaire (juzu) posé à plat. Motif de trempe inventé par Kotetsu. Appelé aussi tamagakiba 玉垣刃.

<Shintô> Musashi : Kotetsu 虎徹, Okimasa 興正, Okihisa 興久, Okinao 興直, Kaneshige 兼重, Yasusada 安定, école de Masahiro 正弘. Settsu : Sukehiro 助広, Sukenao 助直, Kanesada 包貞. Iwashiro : Michinaga 道長.

juzuba
fig. 35 Juzuba.

Les bôshi

Le bôshi 鋩子 ou 帽子 (fig. 36) est le nom que prend la trempe à l’intérieur du kissaki. Au-delà du yokote, le tracé de la trempe suit généralement le fukura puis effectue un retour (kaeri 返り) pour rejoindre le dos de la lame. La pointe étant très difficile à tremper, la qualité de l’exécution du bôshi est directement liée à l’habileté du forgeron. Il en existe un grand nombre dont les types principaux sont illustrés ci-contre.

À l’époque kotô, dans les grandes lignes, les bôshi des lames du Yamashiro et du Bizen sont en ko-maru 小丸, celles du Yamato en yakizume 焼き詰め, celles du Mino en ô-maru 大丸, et celles du Sôshû en nie-kuzure 沸え崩れ.

principaux bôshi
fig. 36 Quelques bôshi.

ô-maru 大丸

La ligne de trempe décrit un grand cercle.

<Kotô> Yamashiro : Rai Kuniyuki 来国行, Kunitoshi 国俊, Kunimitsu 国光, Ryôkai 了戒. Sôshû : Shintôgo Kunimitsu 新藤五国光. Bitchû : Suketsuna 助綱. Bizen : Kunimune 国宗, Motoshige 元重. Bitchû : Ko-Aoe 古青江. Mino : Kaneuji 兼氏. Inaba : Kagenaga 景長. Bungo : Yukihira 行平, Sadahide 定秀. Chikugo : Miike 三池. Higo : Enju 延寿. Bingo : Takada Tomoyuki 高田友行. Satsuma : Naminohira 波平.

<Shintô> le yakihaba étant plus large, l’ô-maru est plutôt rare.


ko-maru 小丸 

Le retour sur le dos s’effectue par un petit arrondi.

<Kotô> sur les lames des écoles Awataguchi 粟田口 et Rai 来 du Yamashiro ; Ko-Bizen Masatsune 古備前正恒, Tadamitsu 忠光, Sue-Bizen 末備前, Tosa Yoshimitsu 土佐吉光.

<Shintô> Hizentô 肥前, les écoles Ishidô 石堂. Iyo : Kuniteru 国輝. Musashi : Kotetsu 虎徹, Okimasa 興正, Kaneshige 兼重, Hôjôji 法城寺. Kaga : Darani Katsukuni 陀羅尼勝国, Kanewaka 兼若.

<Shinshintô> Hizen : Tadayoshi 忠吉 (8e génération). Musashi : Sa Yukihide 左行秀. Settsu : Gassan Sadakazu 月山貞一.


ko-maru sagari 小丸下り

<Kotô> Bizen : Ko-Bizen Masatsune 古備前正恒, Tadamitsu 忠光, Sukesada 祐定. Fréquent sur les lames de la fin Muromachi.

<Shintô> Fréquent sur les lames d’Ôsaka : Sukehiro 助広, Sukenao 助直, Ikkanshi Tadatsuna 一竿子忠綱, Kanesada 包貞, Terukane 照包, Shinkai 真改, Kuniteru 国輝, Hidari Mutsu Kaneyasu 左陸奥包保. Musashi : Tsuguhira 継平, Sasaki Ippô 佐々木一峰, Hôjôji 法城寺, Kaneshige 兼重. Iwashiro : Miyoshi Nagamichi 三善長道. Echizen : Shigetaka 重高, Masanori 正則, Sadatsugu 貞次, Kaga : Katsukuni 勝国, Yukimitsu 行光. Bizen : Yokoyama Sukesada 横山祐定. Bungo : école Takada 高田. Chikugo : Onizuka Yoshikuni 鬼塚吉国.

<Shinshintô> Musashi : Masahide 正秀, Tegarayama Masashige 手柄山正繁, Sa Yukihide 左行秀. Settsu : Ozaki Suketaka 尾崎助隆. Hitachi : Naoe Sukemasa 直江助政.


ichimai bôshi 一枚鋩子

Le kissaki est entièrement trempé ; fréquent sur les lames du Bizen de l’époque sengoku, comme entre autres Osafune Kiyomitsu 長船清光.

<Kotô> se limite presque uniquement aux lames de la tradition Sôshû et aux Sue-mono ; Hiromitsu 広光, Akihiro 秋広, Tsunahiro 綱広, Hasebe 長谷部. Ise : Muramasa 村正. Suruga : Yoshisuke 義助. Mino : Kanesada 兼定, Ujifusa 氏房, Ujisada 氏貞. Sôshû : Gô Yoshihiro 郷義弘. Etchû : Uda 宇多. Bizen : Osafune Sukesada 長船祐定, Kiyomitsu 清光. Hôki : Hiroga 広賀. <Shintô> Yamashiro : Yoshihira 美平, Kuniyasu 国安.


yakizume 焼詰

La trempe n’effectue pas de retour mais suit le fukura jusqu’au dos, il n’y a pas de kaeri.

<Kotô> surtout parmi les lames de la tradition Yamato et des écoles y affiliées, rare dans le Sôshû. Yamashiro : Ecoles Sanjô 三条, Gojô 五条, Awataguchi 粟田口, Rai 来,Ryôkai 了戒. Yamato : Tegai 手搔, Taema 当麻, Hôshô 保昌, Shikkake 尻懸. Bizen : Ko-Bizen 古備前, Ichimonji 一文字. Etchû : Uda 宇多. Dewa : Gassan 月山. Higo : Enju 延寿. Satsuma : Naminohira 波平. <Shintô> Mutsu : Kunikane 国包. Kii : Shigekuni 重国. Ce type de bôshi ne se rencontre pas sur les Ôsaka shintô, Hizentô et Satsumatô.


midare komi 乱込み

Le tracé n’est pas parallèle au fukura mais irrégulier.

<Kotô> Yamashiro : Sanjô Munechika 三条宗近,Gojô Kanenaga 五条兼永,Awataguchi Kunitsuna 粟田口国綱, Kunitomo 国友, Rai Kuniyuki 来国行, Niji Kunitoshi 二字国俊, Kunimitsu 国光, Haseba 長谷部, Nobukuni 信国, Yoshinori 吉則. Yamato : Shikkake Norinaga 尻懸則長. Bitchû : Aoe 青江. Chikuzen : Samoji 左文字. Bizen 備前. Sôshû 相州. <Shintô> Yamashiro : école de Kunihiro 国広, Yoshihira 美平, Kinmichi 金道. Musashi : école de Yasutsugu 康継一門. Owari : Nobutaka 信高, Masatsune 政常, Ujifusa 氏房. Echizen : Masanori 正則. Satsuma : Masafusa 正房, Masakiyo 正清. <Shinshintô> Musashi : école de Masahide 正秀 et Kiyomaro 清麿. Lames du Satsuma 薩摩刀.


togari bôshi 尖り鋩子

<Kotô> Chikuzen : Samoji 左文字一門. Bizen : Kanemitsu 兼光, Chôgi 長義. Sôshû : Hiromitsu 広光, Akihiro 秋広. Yamashiro : Heianjô Nagayoshi 平安城長吉. Ise : Muramasa 村正. <Shintô> Yamashiro : Kunihiro 国広. Musashi : Kiyomaro 清麿, Kiyondo 清人.


kaeri fukashi 返り深し ou kaeri fukai 返り深い

<Kotô> Bizen : Chôgi 長義, Sue-Bizen 末備前. Bingo : Mihara 三原. Wakasa : Fuyuhiro 冬広. Hôki : Hiroga 広賀. Kashû-mono 加州. Sue-Sôshû 末相州, Sue-Seki 末関. <Shintô> Bitchû : Mizuta 水田. Kaga : Kanewaka 兼若.


kaen bôshi 火焔鋩子 / 火炎鋩子

Bôshi irrégulier avec un kaeri « enflammé ».

<Kotô> Yamashiro : Ecoles Sanjô 三条, Gojô 五条, Awataguchi 粟田口, Rai 来. Yamato : Taema 当麻, Hôshô 保昌, Senjuin 千手院, Shikkake 尻懸. Sôshû : Yukimitsu 行光, Masamune 正宗, Sadamune 貞宗, Gô Yoshihiro 郷義弘, Norishige 則重. Chikuzen : Samoji 左文字. Mino : Kaneuji 兼氏. <Shintô> Yamashiro : Kunihiro 国広, Kunimichi 国路, Kuniyasu 国安, Yoshihira 美平. Kii : Shigekuni 重国. Musashi : Hankei 繁慶, Yasutsugu 康継, Kaboku 加卜. Mutsu : Kunikane 国包. Bitchû : Mizuta 水田. Owari : Ujifusa 氏房. Satsuma : Masafusa 正房, Masakiyo 正清, Yasuyo 安代. <Shinshintô> Musashi : Masahide 正秀, Naotsuna 直綱, Kiyomaro 清麿. Satsuma : Motohira 元平, Masayuki 正幸.


jizô bôshi 地蔵鋩子

La forme du bôshi évoque la tête du boddhisattva Jizô vue de profil. L’une des caractéristiques des lames du Mino de la période de Muromachi.

<Kotô> Mino : Kaneuji 兼氏, Naoe Shizu 直江志津, Sue-Seki 末関. Yamashiro : Hasebe 長谷部, Nobukuni 信国, Nagayoshi 長吉, Yoshinori 吉則. Sôshû : Tsunahiro 綱広, Yasuharu 康春. Suruga : Yoshisuke 義助. Ise : Muramasa 村正. Etchû : Uda 宇多. Bungo : Takada 高田.


ichimonji kaeri 一文字返り

<Kotô> Bitchû : Aoe青江. Sôshû : Gô Yoshihiro 郷義弘. Mino : Zenjo Kaneyoshi 善定兼吉.


kaeri kataku tomaru 返り堅く止る / 硬く止まる

<Kotô> Mino : Sue-Seki 末関. Bingo : Mihara 三原. Ise : Muramasa 村正. Bizen : Sue-Bizen 末備前. Hôki : Hiroga 広賀. Izumo : Tadasada 忠貞. Wakasa : Fuyuhiro 冬広. Kaga : Kiyomitsu 清光, Yukimitsu 行光. <Shintô> Yamashiro : Masatoshi 正俊, Kinmichi 金道, Yoshimichi 吉道, Hisamichi 久道. Settsu : la lignée Ôsaka Tanba 大阪丹波, Yamato no kami Yoshimichi 大和守吉道, Oya Kunisada 親国貞, Kunisuke 国助 (2e génération). Owari : Masatsune 政常, Ujifusa 氏房.


kaeri yoru 返り寄る

<Kotô> fréquent sur les Sue-Seki 末関, les lames dans la tradition Mino 美濃 et parmi les forgerons Sue-Sôshû 末相州. <Shintô> Yamashiro : école Mishina 三品, Kunimichi 国路, Kunitomo 国儔. Owari : Nobutaka 信高.


nie kuzure 沸くづれ

<Kotô> Yamashiro : Sanjô 三条, Gojô 五条, Awataguchi 粟田口, Rai Kunimitsu 来国光, Kunitsugu 国次, Kunizane 国真, Hasebe Kunishige 長谷部国重, Kuninobu 国信, Nobukuni 信国. Yamato : Taema 当麻, Shikkake 尻懸, Hôshô 保昌, Senjuin 千手院, Tegai 手搔. Sôshû : Yukimitsu 行光, Masamune 正宗, Sadamune 貞宗, Gô Yoshihiro 郷義弘, Hiromitsu 広光, Akihiro 秋広, Tsunahiro 綱広. Mino : groupe de Kaneuji 兼氏, Nosada 之定. Ise : Muramasa 村正. Etchû : Norishige 則重, Uda 宇多. Chikuzen : Samoji 左文字. Satsuma : Naminohira 波平. <Shintô> Yamashiro : école de Kunihiro 国広, Yoshihira 美平. Kii : Shigekuni 重国, Musashi : Hankei 繁慶, Yasutsugu 康継, Tsuguhira 継平. Mutsu : Kunikane 国包, Bitchû : Mizuta Kunishige 水田国重. Satsuma : Masakiyo 正清, Yasuyo 安代.


hakikake bôshi 掃かけ鋩子

Les sunagashi sont disposés en lignes parallèles et font penser aux traces laissées par un « coup de balai ».

<Kotô> Yamashiro : écoles Sanjô 三条, Awataguchi 粟田口, Rai 来, Ryôkai 了戒. Yamato : écoles Tegai 手搔, Taema 当麻, Hôshô 保昌, Shikkake 尻懸, Senjuin 千手院. Etchû : Uda 宇多. Satsuma : Naminohira 波平. Sôshû : Yukimitsu 行光, Gô Yoshihiro 郷義弘. Bingo : Mihara 三原. Dewa : Gassan 月山. <Shintô> Mutsu : Kunikane 国包. Kii : Shigekuni 重国. Musashi : Hankei 繁慶. Yamashiro : Myôju 明寿, Kunimichi 国路. Settsu : Kaneyasu 左陸奥包保. Bitchû : Mizuta 水田. <Shinshintô> Musashi : Naotsuna 直綱, Sa Yukihide 左行秀, Kiyomaro 清麿.


fukura yakihaba semashi フクラ焼幅せまし

fukura yakihaba hiroshi フクラ焼幅広し


Certains forgerons, ou certaines écoles, sont les seuls à avoir fait un type de bôshi et ainsi nous ne ferons que les citer :

  • l’okina no hige 翁の髭 (« barbiche de vieillard ») d’Awataguchi Yoshimitsu 粟田口吉光 et Shintôgo Kunimitsu 新藤五国光.

  • le zenjo bôshi 善定鋩子 de Nôshû Kaneyoshi 濃州兼吉.

  • le sansaku bôshi 三作鋩子 d’Osafune Nagamitsu 長船長光 et Kagemitsu 景光.

  • le hankensaki 半剣先 de l’école Bitchô Aoe 備中青江.

  • le taki-otoshi 滝落とし de l’école Bingo Mihara 備後三原.

  • le sabaki-gashira 捌き頭 de l’école Chikuzen Samoji 筑前左文字.

  • le mishina bôshi 三品鋩子 de l’école Mishina Kinmichi 三品金道.

  • le kanmuri bôshi 冠鋩子 de Kotetsu 虎徹.

  • le tarumi bôshi 弛み鋩子 : le sansaku bôshi et le mishina bôshi font partie de cette catégorie ; le tracé parallèle au fukura est un peu « relâché » et forme une petite colline.

  • le notare komi 湾れ込み : le bôshi est en notare.

  • le tsukiage bôshi 突上鋩子 : appelé aussi sabaki-gashira 捌き頭, c’est un bôshi irrégulier dont l’extrémité ressemble à une chevelure au vent.

  • le rôsoku bôshi  蝋燭鋩子 : la pointe du bôshi vacille comme une flamme de bougie. C’est un type de midare komi qu’on trouve au début de la période de Muromachi sur les lames du Bizen.


Dans les traités anciens sont cités d’autres noms de bôshi – Fukunaga en recense une soixantaine – qui ne sont plus d’usage de nos jours, comme par exemple :

  • l’ôgi bôshi 扇鋩子 de Chûdô Rai Mitsukane 中堂来光包.

  • le murakumo bôshi 村雲鋩子 de Sôshû Akihiro 相州秋広 ou Sue Sa 末左.

  • le nijû bôshi 二重鋩子 de Rai Kunimitsu 来国光 ou Awataguchi Kunitomo 粟田口国友.

  • le sugisaki bôshi 杉先鋩子 de Samoji 左文字.

  • le sugitachi no bôshi 杉立ちの鋩子 de Rai Kunitsugu 来国次 ou Enju Kunimura 延寿国村.

  • le kanmuri jizô bôshi 冠地蔵鋩子 de Hasebe Kunishige 長谷部国重 ou Shimada Yoshisuke 島田義助.

  • le mikatsuki bôshi 三日月鋩子 de Sanjô Munechika 三条宗近 et Awataguchi Norikuni 粟田口則国.

  • le tsukiage bôshi 衝き上げ鋩子 de l’école Hokke 法華一派 ou Sa Kunihiro 左国弘.

  • le gengetsu bôshi 弦月鋩子 d’Awataguchi Kuniyoshi 粟田口国吉 et Shintôgo Kunimitsu 新藤五国光.

  • le moku bôshi 杢鋩子 de Niô Kiyotsuna 二王清綱.

  • le shin bôshi 真鋩子 de Rai Kunimitsu 来国光.


retour au sommaire
ou
suite


Copyright © 2003-2016 Franz Baldauff